Le culte des ancêtres

Le culte des ancêtres

Le culte des ancêtres est la plus ancienne pratique religieuse du Vietnam, antérieure au Bouddhisme et au Confucianisme. Pour honorer les ancêtres, les Vietnamiens prient leurs ascendants devant un autel qui leur est destiné.
C’est souvent un meuble sur lequel ont été disposés les photos des ancêtres, des fruits, des fleurs, et des bâtonnets d’encens qui sert d’autel. Les Vietnamiens considèrent que l’âme de leurs parents survit après leur mort et qu’elles protègent leurs descendants. C’est pourquoi, ils honorent leurs ancêtres tout au long de l’année et, plus particulièrement, à l’occasion de l’anniversaire de leur mort.
Selon la croyance, si un homme meurt sans descendance, si l’encens ne brûle plus sur l’autel, les âmes disparues sont condamnées à une errance éternelle.
Dans chaque maison vietnamienne, l’autel des ancêtres occupe une place importante au cœur du foyer. Il représente la solidarité et le respect entre les générations. C’est devant l’autel des ancêtres que les grandes décisions se prennent et que les enfants se marient.
Le bouddhisme 
Le Bouddhisme est arrivé au Vietnam dès le 2ème siècle par le nord de l'Asie centrale et par des routes du Sud de l'Inde. Les Vietnamiens de souche sont principalement de l'école Mahayana, bien que certaines minorités ethniques (comme les Khmers Krom) adhèrent à l'école bouddhique Theravada. 
Cette religion a entretenu au Vietnam une relation symbiotique avec le taoïsme, la spiritualité chinoise et vietnamienne et la religion indigène. La majorité des pratiquants bouddhistes vietnamiens se concentre sur les rituels de dévotion plutôt que sur la méditation.
Bien que certaines personnes croient que les différentes écoles du Bouddhisme soient incompatibles entre elles, au Vietnam les disciples bouddhistes pratiquent les différentes traditions du pays sans problèmes ou sans contradictions. Et même si le Bouddhisme vietnamien n'a pas de structure centralisée forte, sa pratique est similaire dans tout le pays et dans presque tous les temples.
Au Vietnam, la méditation n'est pas une pratique quotidienne et fréquente par contre la pratique la plus courante et essentielle dans le bouddhisme vietnamien est le gain des mérites avec une croyance que la libération prend effet avec l'aide des bouddhas et des bodhisattvas. 
Les moines bouddhistes chantent couramment sutras, récitent les noms du bouddha (plus particulièrement celui d’Amitabha en faisant vœux de pénitence et en priant pour la renaissance dans la terre pure.
Le Sûtra du Lotus et le Sûtra Amitabha sont les plus couramment utilisés. La plupart d’entre eux tout comme les textes religieux sont arrivés de Chine et ont été traduits en sino-vietnamien (Han-Viet) plutôt qu’en langue vernaculaire qui les rend assez incompréhensibles pour la plupart des praticiens.
Le Bouddhisme vietnamien consiste en trois services pratiqués régulièrement à l'aube, à midi et au crépuscule et qui comprennent principalement les sutras de dévotion, la récitation de harnais et du nom de Bouddha, et enfin le rite de la circumambulation qui est une marche de méditation. 
Les laïcs rejoignent parfois les services au temple alors que certains bouddhistes fervents accomplissent leurs cultes à domicile. Les services spéciaux tels que Sam Nguyen et Sam Hoi: la confession et la repentance, se font chaque mois à la nouvelle lune et à la pleine lune. L’un de ces rites consiste à chanter le nom de Bouddha pour se repentir et purifier le mauvais karma.  
 
Le catholicisme
Le catholicisme a été introduit au Vietnam au XVIe siècle par des missionnaires venus du Portugal, d’Espagne et de France. Ce sont ces premiers jésuites français et dominicains portugais qui commencèrent à évangéliser le pays.

On retiendra le nom du père Alexandre de Rhodes qui, au XVIIe siècle inventa l’alphabet vietnamien, le « quocngu », avec les lettres de l’alphabet romain. Sous la domination française, l’Église catholique a bénéficié d’un statut spécial et renforcé son influence.
Aujourd’hui, le Vietnam est le second pays catholique d’Asie, après les Philip­pines. Les catholiques représentent entre 8 et 10% de la population.

Le confucianisme
Il est inventé par Confucius (551-479 av. J.-C.), le confucianisme ne se préoccupe pas des origines du monde, ni des fins dernières de l'homme, mais il édicte un code moral fondé sur 5 vertus : l'humanisme, l'équité, l'urbanité, l'intelligence et l'honnêteté.


Le taoïsme

Le taoïsme fut  vraisemblablement introduit au Vietnam au Ier siècle de notre ère. La grande règle du taoïsme réside dans l'idée suivante : pour obtenir la sagesse, il faut tenir compte du pour et du contre.
 
Le caodaïsme

Le caodaïsme est une autre grande religion du Vietnam. Il s’agit d’une croyance locale - née dans le Sud du pays dans les années 1920 – et fondée sur différentes philosophies occidentales et orientales, dont certaines sont empruntées au spiritisme. Le temple de Tây Ninh est le principal symbole du caodaïsme au Vietnam.
 
  • Ce voyage s’adresse aux voyageurs qui privilégient la découverte des régions hors des sentiers battus sans oublier les grands sites incontournables du Laos et Cambodge.
  • Ce circuit vous invite à aller découvrir les tribus montagnardes du Nord – Ouest du Vietnam. Les H’mongs vivent dans les hautes montagnes, les Daos habiles chasseurs, les femmes Lu ornées de bijoux en argent et aux dents laquées.
  • Bonjour Thanh, Comment allez-vous ? Juste un petit mot pour vous dire que je suis rentre en Jordanie hier après mon séjour au Vietnam et vous remercier pour le circuit organise par vos soins. Moi et ma compagne sont globalement satisfaits du service...
Skype Me™!
(+84) 9 28 86 96 29